Archives du mot-clé Joël Kérouanton

Ouverture publique au Vent se Lève (05 avril 2015)

Au Labo Littérature, on manipule des matières textuelles souvent euphorisantes, toxiques parfois, neutres jamais. Fissions sylabiques, distillations langagières et cultures de néologismes se déroulent habituellement dans le secret et sous haute sécurité. Pourtant, sur proposition du Vent Se Lève !, le labo littérature a ouvert sa boite de Pandore pour la première fois à quelques curieux qui n’avaient pas froid aux mots. C’était l’occasion pour les laborantins de restituer leur travaux (ou du moins quelques effluves) et d’en dire un peu plus sur leur fameuse posture de recherche dont l’inventaire (non exhaustifs) se résume ainsi à ce jour par « des chercheurs qui cherchent à se sauver (pour ne pas devenir des mues de serpent), … »

Continuer la lecture de Ouverture publique au Vent se Lève (05 avril 2015) 

Appel des MC # 5

Laborantines, Laborantins, Gaaarde-à-vous !,

Le labo littérature du 3 et 4 avril 2015 approche, et les deux MC de l’évènement se proposent de mciser tout ça… Le « tout ça » a commencé par une histoire de hamac, que MC-Louis possède et que MC-Joël souhaite ardemment utiliser pour le labo, par ce que mine de rien, l’influence de la position du corps dans la lecture ou l’écriture est loin d’être négligeable. Et pour écrire ou lire faut parfois prendre les grands moyens, comme la sieste de 14h00 par exemple. Non mais.

Du hamac nous en sommes arrivés à nous dire que, finalement les gens n’en font qu’à leur tête… Alors pourquoi MCiser ? Pour le fun pardi ! Pour le plaisir de rédiger un Appel des MC comme un manifeste, sans trop se soucier de sa faisabilité – comme on dit maintenant pour ce qu’on nomme les projets.

Continuer la lecture de Appel des MC # 5 

Effluves # 2

Labo en présence des textes de : Wenaël Aloë,  Esther Laurent-Barroux, Agathe Mallaisé, Emmanuel Lemoine, Joël Kérouanton, Mathéo Even, Louis Schickel, Virginie Le Priol, Françoise Bernard, Danièle Chabrier,

Effluves pragmatique par MC E. et MC J.

▪le lieu du labo. Tip top ! Une grande nouveauté pour beaucoup de travailler dans une librairie, d’y déambuler comme si c’était « notre domicile ». Des livres partout, quoi de mieux pour écrire lire parler ? A l’unanimité on aimerait que le prochain temps de labo ait lieu à l’Embarquadère. Être à Saint-Nazaire n’a pas empêché trois personnes de se déplacer d’île-de-France.

▪le Vent se lève. N’ont pu être présent, mais soutiennent toujours cette initiative, tant dans la forme que sur le fond. Dans le cas où nous « persistons » à Saint-Nazaire, l’idée est qu’une fois l’an nous venions au Vent se lève présenter publiquement nos travaux : montrer ce qu’on veut montrer, dire ce qu’on veut dire, dans la forme souhaitée. Nous n’avons de contraintes que celles qu’on voudra nous donner. Savoir qu’à un moment de l’année nous pourrions présenter là où nous en sommes nous semble assez stimulant. Et puis on peut voir ça qu’autrement qu’une contrainte : on y mettra du ludique, les jeux W sont là pour ça…

Continuer la lecture de Effluves # 2 

Effluves # 2 : « effluves manifestes » (Joël Kérouanton)

1 –

Seul l’environnement – par exemple la ville – peut façonner un homme au point d’en influencer son écriture. L’extérieur crée la voix intérieure.

2 –

Il ne s’agit plus, à l’heure où les bibliothèques croulent sous des milliards de livres, de raconter l’histoire de ses livres mais bien de faire l’inventaire des livres que l’on n’a pas lu. Qu’on se le dise : la culture trouée devance tout.

Continuer la lecture de Effluves # 2 : « effluves manifestes » (Joël Kérouanton)