Archives pour la catégorie Les effluves

Ailleurs on écrirait des comptes rendus pour restituer ce travail de recherche. Ailleurs on cherche la belle totalité.

Nous nous contenterons ici d’effluves (à lire, à entendre, à voir).

Effluves # 4

Efluves du Labo #4, les 30-31 janvier 2015 à Saint-Nazaire.

En présence de corpus apportés par :  Battmanu, Françoise Bernard,  Carine Cesbron, Esther Laurent-Baroux, Virginie Le Priol, Joël Kérouanton, Agathe Mallaisé.

– – – – – – – – – – – –

Je prends.

Pour commencer, nous avons douté ensemble.

Sur la place du je de rôle, sur ce jeu dangereux qu’est le premier jet du je, voire même « le danje du jet ». Ce je incertain qui met en doute le moi et tente de le titiller pour mieux le tutoyer.

Continuer la lecture de Effluves # 4 

Effluves # 3

On a beaucoup parlé, peu écrit. Donc : effluves orales essentiellement. Seuls les murs de la librairies L’Embarcadère pourraient, le cas échéant, restituer ce qui s’est dit. Mais les murs n’ont que des oreilles, ils n’ont pas de têtes ni de mains pour écrire. MC Esther a pu tout de même garder en mémoire quelques effluves de ces deux jours :

Laborantins, laborantines, le moment est passé, mais un autre viendra

On peut le dire, ça a eu lieu.

Continuer la lecture de Effluves # 3 

Effluves # 2

Labo en présence des textes de : Wenaël Aloë,  Esther Laurent-Barroux, Agathe Mallaisé, Emmanuel Lemoine, Joël Kérouanton, Mathéo Even, Louis Schickel, Virginie Le Priol, Françoise Bernard, Danièle Chabrier,

Effluves pragmatique par MC E. et MC J.

▪le lieu du labo. Tip top ! Une grande nouveauté pour beaucoup de travailler dans une librairie, d’y déambuler comme si c’était « notre domicile ». Des livres partout, quoi de mieux pour écrire lire parler ? A l’unanimité on aimerait que le prochain temps de labo ait lieu à l’Embarquadère. Être à Saint-Nazaire n’a pas empêché trois personnes de se déplacer d’île-de-France.

▪le Vent se lève. N’ont pu être présent, mais soutiennent toujours cette initiative, tant dans la forme que sur le fond. Dans le cas où nous « persistons » à Saint-Nazaire, l’idée est qu’une fois l’an nous venions au Vent se lève présenter publiquement nos travaux : montrer ce qu’on veut montrer, dire ce qu’on veut dire, dans la forme souhaitée. Nous n’avons de contraintes que celles qu’on voudra nous donner. Savoir qu’à un moment de l’année nous pourrions présenter là où nous en sommes nous semble assez stimulant. Et puis on peut voir ça qu’autrement qu’une contrainte : on y mettra du ludique, les jeux W sont là pour ça…

Continuer la lecture de Effluves # 2 

Effluves # 2 : « effluves manifestes » (Joël Kérouanton)

1 –

Seul l’environnement – par exemple la ville – peut façonner un homme au point d’en influencer son écriture. L’extérieur crée la voix intérieure.

2 –

Il ne s’agit plus, à l’heure où les bibliothèques croulent sous des milliards de livres, de raconter l’histoire de ses livres mais bien de faire l’inventaire des livres que l’on n’a pas lu. Qu’on se le dise : la culture trouée devance tout.

Continuer la lecture de Effluves # 2 : « effluves manifestes » (Joël Kérouanton) 

effluves # 2 : « effluves poétiques » (Esther Laurent-Baroux)

Il y avait le cri des mouettes par la fenêtre.

Il y avait Louise Attaque et Madonna qui chantaient dans la rue.

Il y avait des éternuements.

Il y avait des pizzas et du cidre.

Il y avait nous assis ça et là s’écoutant lire en silence.

Il y avait des plantes vertes et une imprimante.

Continuer la lecture de effluves # 2 : « effluves poétiques » (Esther Laurent-Baroux) 

Effluves # 1

Labo # 1 – 28 février et 1 mars 2014 –

notes et photos : Joël Kérouanton

avec les textes de : Emmanuel Balsan, Aurore Debierre, Frédérique Debout, Julien Firoud, Esther Laurent-Baroux, Joël Kérouanton, Joris Chrétien, Audrey Caquinaud, Marie Aquili

Rappel de la méthode du jour proposée par la MC Aurore : en petit groupe chacun échange sur un livre ou un texte perso, et restitue au collectif, qui en discute.

Très vite nous avons évoqué « la petite histoire » et « la grande histoire » dans la littérature : comment rendre compte de façon subjective de l’H/histoire ? Comment, quand t’as un objet qui nourrit ton monde, comment tu partages cet univers qui t’a ouvert le monde, comment tu partages ça sachant que ça part d’un tout petit objet…?

Continuer la lecture de Effluves # 1 

Effluves # 0

Première réunion labo (06 décembre 2014) et perspectives pour la première session (28 fev et 01 mars 2014) – Éfluves par Aurore Debierre.

Chers chercheurs laborantins,

Nous avions parlé d’effluves pour évoquer ce que je m’apprête à faire. Ailleurs on dirait compte-rendu. Ailleurs on aurait mal appris. Si je parle d’un ailleurs, c’est qu’il était avec nous. Si on était là, c’est qu’on ne l’aurait pas trouvé ailleurs, ce moment, cet espace…

Les effluves de Vendredi 6 Décembre 2013 sont tamisées et pleines de croissants, jus d’orange, cafés. On est là assis autour de la table. On est attablés. Le dénominateur commun s’appelle Joël, et puis il y a des liens, comme des fils entre certains. On le sent bien, même si tout le monde n’a pas l’occasion de se présenter. Un fil Vent se lève de Paris qui en tire trois, un fil Lycée expérimental de Saint-Nazaire qui en tire 2, un fil ESAT de La Ferte-sous-Jouarre qui en tire 4. Et puis Joël qui tricote, qui coud à la main.

On se pose des questions, on part dans des directions, on fait sa petite pelote, qu’on déroule un peu. Effluves de questions donc :

Continuer la lecture de Effluves # 0